Menu

Agriculture : L’ERA-EST d’Abengourou équipée pour transformer les produits locaux

Rédigé le Mercredi 20 Novembre 2019 à 19:34 | Lu 28 fois


Dotée de savoir-faire et de la technologie nécessaire, l’Ecole régionale d’agriculture de l’Est (ERA-EST), basée à Abengourou dans l’Est du pays, est “désormais capable de transformer les produits locaux”.


Récemment réhabilité puis totalement équipé par l’Union Européenne, l’établissement de formation technique dispose aujourd’hui de salle de transformation, des laboratoires de chimie, de biochimie pour le dosage des produits. Mais aussi, équipé en laboratoires de micro bio et de biologie. Une expertise de taille qui vient “améliorer la qualité de la formation” de cet établissement, selon le directeur général de l’institut national de formation professionnelle agricole (INFPA), Onayan Berthé, à l’occasion d’une cérémonie de réception des locaux en mai dernier.


Vers la mécanisation de l’agriculture et de la transformation de produits locaux

A travers ces équipements, l’ERA-EST d’Abengourou “est dans la droite ligne la politique de la mécanisation de l’agriculture et de la transformation de produits locaux décidé par le gouvernement”, a fait savoir le directeur de l’école, Coulibaly Djibril. Pour lui, l’ex-centre de formation rural (CFR) devenu Ecole régionale d’agriculture de l’Est a atteint à présent sa pleine capacité technique à transformer les produits agricoles du pays. Selon l’ancien ministre ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, la production aujourd’hui ne fait plus défaut. “Ce qui fait défaut, c’est sa transformation”, estime-t-il.


Une transformation locale de 50% du cacao et de noix de cajou d’ici 2020

La Côte d’Ivoire, dont le principal moteur de la croissance économique est l’Agriculture, est le premier producteur mondial de cacao et le deuxième pour ce qui est de la noix de cajou. Mais moins de 10% des récoltes sont transformées sur le sol ivoirien, en grande partie par manque d’infrastructures. Par ailleurs, le pays ambitionne une transformation locale de 50% de la récolte de cacao et de noix de cajou d’ici 2020, avec pour la noix de cajou un objectif de 100% de transformation en Côte d’Ivoire d’ici 2025.

Selon l’Agence Bloomfield Investment corporation, les performances économiques du secteur agro-industriel pourraient être considérablement améliorées avec le développement de chaînes de valeur dans les filières agricoles. Dans la plupart des filières, le niveau effectif de transformation des produits agricoles reste inférieur à la capacité nationale de transformation.

Un défi donc à relever ensemble avec la contribution des partenaires de la Côte d’Ivoire comme l’UE et l’ONUDI. Lesquels ont rendu possible cette réhabilitation qui a coûté environ 777 millions FCFA, dans le cadre du Programme d'appui à la formation professionnelle et à l'insertion des jeunes en Côte d'Ivoire dénommé projet PROFORME.



Nouveau commentaire :



    Aucun événement à cette date.

Suivez-nous
Facebook
Twitter

Galerie